Retour à l’essentiel #3 : Qu’est ce que le Cloud Computing ?

Le Cloud Computing n’est ni une nouvelle technologie, ni une nouvelle architecture, ni une nouvelle méthode. Comme je l’évoquais lors d’un précédent billet : le Cloud Computing est un nouveau modèle économique pour fournir de l’informatique. C’est un peu la différence entre
construire une maison,
louer une maison.

Dans le premier cas, vous devez faire appel à un architecte pour les plans, mais aussi faire appel aux différents corps de métiers pour la construction. Surtout, vous devez supporter l’investissement. En construisant votre propre maison, vous pouvez choisir à peu près tout dans les moindres détails. Dans le deuxième cas, celui de la location, pas d’investissement à prévoir. Vous louez une maison en fonction de ce que le marché propose. Elle peut, par certains cotés, ne pas être comme vous le souhaitez. Votre famille s’agrandi ? Si vous avez choisi la première option, la construction, vous pouvez : soit agrandir, soit vendre, soit être à l’étroit ! En location, vous êtes plus libre. Vous pourrez choisir une maison plus grande mais aussi revenir à une plus petite le cas échéant.

Quel parallèle avec le Cloud Computing ?

Le modèle économique pour fournir de l’Informatique actuellement est de construire. On achète des serveurs, on achète des logiciels et tous les corps de métiers sont présents pour construire la solution en question. Ceci mobilise le capital (Capex) lié aux investissements. Dans le modèle du Cloud, c’est ici qu’est l’innovation, les investissements sont supportés par l’Offreur de service qui propose le service en location avec un paiement à l’usage. Les problématiques de capacité et d’ajustement ne sont plus de votre ressort, le fournisseur doit l’intégrer dans son offre.

Prenons un exemple : la messagerie.
Google et Microsoft proposent un service de messagerie avec un paiement en fonction du nombre d’utilisateurs par an. Besoin d’ajouter 500 utilisateurs ? d’en supprimer 1000 ? Le fournisseur ajuste la capacité et les coûts.

Revenons à la définition.

John Rothon définit le Cloud Computing : « Cloud computing introduces off premise, elasticity, flexible billing, virtualization, service delivery, universal access, simplified management, affordable resources, multi tenancy, service level management».

Le CRIPClub des Responsables d’Infrastructure et de Production indique dans son dernier livre blanc : « Le Cloud computing est l’accès à la demande, via le réseau Internet (ou Intranet), à des ressources informatiques virtualisées, mutualisées et partagées, simple d’utilisation, et payé à l’usage via un abonnement. »

Les services de Cloud Computing sont classés en 3 catégories et deux modes de distribution.

– la catégorie c’est le type de Service rendu, un peu comme la gamme de maison avec les options (peinture, tapisserie).

– le mode de distribution, c’est savoir si vous êtes associé à un programme dans le cadre d’un lotissement ou bien un projet dédié de construction d’une maison individuelle rien que pour vous.

Les différentes catégories sont :

SaaS – Software as a Service. L’utilisation d’un logiciel loué auprès d’un tiers. Le pionnier dans ce domaine est Salesforce.com qui propose un service de CRM – Client Relationship Management (Gestion de la relation Client) ou encore Google Gmail pour la messagerie.

PaaS – Platform as a Service. Service d’un environnement complet pour le développement et l’exécution d’application chez un fournisseur. Les services de PaaS matures sont plus récents, on peut citer Google App engine, Microsoft Azure ou Heroku.

IaaS – Infrastructure as a Service. Pouvoir disposer, en mode paiement à l’usage, d’un serveur avec l’ensemble des éléments matériels, systèmes mais aussi connexion réseau et stockage. L’IaaS peut aussi fournir des services de virtualisation de poste de travail. Amazon Web Services (AWS) est le leader dans ce domaine.

Les modes de distribution sont :

Public Cloud – Comme son nom l’indique, il est Public car ouvert à tous. Le coté public indique que les services sont proposés au public. En aucun cas vos éléments présents dans le Cloud Public ne vont se retrouver sur Internet à la vue de tous ! Votre mail Gmail est il visible par tous ? Les éléments de vos contacts clients dans Salesforce sont ils partagés ou visibles sans frontière ? Évidemment non. Le Cloud Public offre une mutualisation de moyens pour permettre des économies d’échelle importantes.

Private Cloud – Le Cloud Privé est un espace qui n’est proposé que pour un et un seul client. Le service est réalisé soit à partir d’un espace dédié chez un fournisseur, soit dans les locaux de l’entreprise elle même.

Pour certains besoins, il est possible de combiner ces deux modes. Les Cloud Hybrides sont construits pour associer Cloud Public et Cloud Privé pour certaines fonctions (Calcul Intensif par exemple), les Cloud Communautaires sont, en fait, un Cloud Privé mutualisé entre plusieurs sociétés.

Le modèle de coût du Cloud Computing :

A vos commentaires !

Cet article, publié dans Cloud Computing, Qu'est ce que l'Infrastructure Informatique ?, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Retour à l’essentiel #3 : Qu’est ce que le Cloud Computing ?

  1. Ping : Et si le Cloud Privé bénéficiait du modèle économique du Cloud Public ? | Patrick's Clouds en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s